Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un clic, déclic pour l'Afrique

Des vérités historiques, sociales, économiques pour l'Afrique Noire Francophone

Si j'écrivais à tous les vents "le Burkina Faso tue ses enfants"

Publié le 7 Avril 2015 par Pierrette Roc Diallo

Si j'écrivais à tous les vents "le Burkina Faso tue ses enfants"

J'ai du mal à continuer de lire "la France" ( formule qui m'englobe) pour "les dirigeants français" quand il s'agit de ceux qui s'entendent avec les vôtres pour vous pressurer. Je n'ai pourtant pas manqué de rechercher et de vous présenter la réalité, c'est décourageant... Et lassant.

Vous comprendrez que je me sente insultée quand, à travers cette formulation qui est devenue chez vous tantôt une facilité de langage, tantôt une rancune collective contre une population bouc émissaire, vous m'accusez de tous vos malheurs....

Alors que, comme tous mes concitoyens imposables, une partie de mes impôts part chez vous au titre de l'aide aux pays africains...

Et que nombre de vos concitoyens ont récupéré dans mon porte-feuilles ce que vous ne cessez de leur dire que je leur ai pris, me mettant dans une situation financière alarmante.

Beaucoup d'entre vous me demandent de persévérer, je l'ai fait. Puis je vous demander votre soutien pour refuser et réfuter cette facilite de langage et de politique qui m'insulte?

Rappelez-vous que ce que je fais est totalement gratuit, sans attente, et sans même l'espoir de pouvoir rendre visite a mes amis burkinabès.

Ne croyez-vous pas que ma vie serait plus simple si je rayais tous les africains de ma liste d'amis, si je ne vaquais qu'à mes semis et à ma spiritualité?

Ce que je fais ici, je le fais parce que je pense que c'est nécessaire à l'ensemble de l'humanité, dans un avenir dont je ne serai sans doute pas, mais vous, si....

Svp, participez aussi à mon effort de réhabilitation de la France, la vraie, celle des citoyens français, qui subit comme vous des dirigeants profiteurs. Ce n'est pas dans l'opposition que vous construirez un monde meilleur, mais dans la compréhension et la solidarité.

Je finirai par me retirer si ce but de solidarité universelle n'est pas partagé.

La France ne vous a jamais rien fait et moi non plus. Ce sont ses dirigeants et les vôtres, et tous puisent chez vous et chez nous

Imaginez ce que vous ressentiriez si j'écrivais à tous les vents "le Burkina Faso m'a ruinée" simplement parce que quelques Burkinabès m'ont ruinée.

Je sais que vous êtes pris par vos urgences politiques.

Mais je crois que vous pourriez veiller, c'est important, à lutter contre cette facilité qui est de tout mettre sur le dos de "La France".

Certains d'entre vous y veillent, j'en suis bien consciente.

Mais si ça reste limité à quelques uns d'entre vous, la folie de la victimisation continuera chez vous... et chez vos immigrés qui viennent chez nous récupérer ce que vous leur dites par cette formulation que nous leur avons pris

Commenter cet article