Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un clic, déclic pour l'Afrique

Des vérités historiques, sociales, économiques pour l'Afrique Noire Francophone

Du servage à la servitude

Publié le 30 Mai 2015 par Pierrette Roc Diallo

Du servage à la servitude
La condition ouvrière


Politiquement, les ouvriers sont exclus du suffrage censitaire, modèle dominant au XIXe siècle. En 1850 en France, une loi exclut du suffrage universel masculin toute personne qui ne peut pas justifier de 3 ans de résidence fixe afin d'écarter la « vile multitude » (Adolphe Thiers) du vote ; Louis-Napoléon Bonaparte rétablira le suffrage universel sans restriction. En Angleterre, l'élargissement du suffrage censitaire de 1867 marque l'accession des ouvriers qualifiés au vote, celui des années 1884-1885 l'étend à la quasi-totalité des ouvriers. Il faut attendre 1864 en France pour que le droit de grève soit accordé.
Au niveau juridique, l'ouvrier dispose d'un livret ouvrier qu'il doit présenter à chaque employeur et qui doit être mis à jour par le patron (sans quoi il ne peut pas retrouver de travail). Le Code Civil fonde aussi l'infériorité de l'ouvrier : en cas de litige entre un patron et l'ouvrier, la parole du patron l'emporte sur celle de l'ouvrier (supprimé en 1868). Dans les conseils des prud'hommes, jusqu'en 1848, le nombre de sièges du patronat est supérieur à ceux de la classe ouvrière.


Dans les premiers temps de la révolution industrielle, la durée journalière de travail est très élevée pour compenser une faible productivité : jusqu'à 17 heures (plus longue qu'au XVIIIe siècle grâce à l'éclairage au gaz). Il n'existe aucune protection patronale ou étatique et l'ouvrier se voit obligé de travailler jusqu'à sa mort. Du fait des vapeurs et des poussières en suspension, du froid l'hiver et de la grande chaleur l'été, de la cadence et de la surveillance des contremaitres, le travail est d'une très grande pénibilité. Les accidents de travail sont toujours possibles entre les volants, les roues et les courroies de transmission si bien qu'Engels note à Manchester qu'on a l'impression de vivre « au milieu d'une armée qui revient de campagne » (foule d'estropiés).
La vie ouvrière au XIXe siècle est une lutte constante contre la sous-alimentation et pour la conservation de sa force de travail. Les logements ouvriers sont souvent des taudis petits et mal aérés. Les épidémies font davantage de ravages dans ces quartiers et le taux de mortalité infantile y est beaucoup plus élevé. L'ouvrier consacre les deux tiers de son budget en moyenne à la nourriture (pain, pommes de terre, oeufs, rarement de la viande) ; 15 % du budget est destiné au logement. Les carences alimentaires et l'hygiène lamentable ont des résultats catastrophiques : en 1878, la British Association révèle que les garçons de 11-12 ans en milieu ouvrier ont une taille inférieure de 12 cm à ceux appartenant à la bourgeoisie ou à l'aristocratie. Il y a 10 à 20 ans d'écart d'espérance de vie entre un bourgeois et un prolétaire.

Contestations sociales et politiques


Les premières formes de lutte ouvrière reprennent des formes plus anciennes, héritées du compagnonnage. La coalition (grève) est illégale ce qui n'empêche pas des grèves locales d'éclater (exemple des canuts lyonnais en 1831). Des ouvriers dressent des listes de patron à boycotter. Certains travailleurs s'introduisent dans les manufactures pour détruire les machines qui menacent leur travail et les savoir-faire, tout particulièrement en Grande-Bretagne (le « luddisme »). Des résistances spontanées apparaissent aussi qui consistent par exemple à refuser, en France, d'aller au travail le lundi (la « saint Lundi », repos des fêtes du dimanche) ou à s'opposer à la prolétarisation en gardant une activité à la campagne.
La première forme d'institution typiquement ouvrière est la société fraternelle ou mutuelle qui accorde une aide financière en cas de maladie, d'invalidité, de funérailles ou de vieillesse par le biais d'une caisse commune (chaque ouvrier y verse une petite partie de son salaire). Ces caisses vont se transformer en caisses de grève pour tenir tête aux patrons. Les ouvriers vont par le biais de ces solidarités et de l'instruction développer une conscience de classe.


Tout au long du XIXe siècle, les conditions de vie et de travail des ouvriers tendent à s'améliorer même s'il faut attendre les années 1870-1880 pour constater un réel progrès. Pour une grande part, l'amélioration de la condition ouvrière est le fait des ouvriers eux-mêmes grâce à leurs luttes ; l'augmentation de la productivité intervient aussi dans ce phénomène. Les Etats abandonnent lentement la doctrine du « laisser-faire » pour réglementer le travail de certaines catégories d'ouvriers (femmes, enfants). Ainsi, en France, une loi de 1841 réglemente le travail des enfants en l'interdisant avant 8 ans, en le limitant à 8 heures entre 8 et 12 ans et à 12 heures entre 12 et 16 ans (cette loi restera longtemps mal appliquée du fait de l'absence d'inspecteurs du travail) ; en Prusse, une loi de 1869 interdit le travail des enfants de moins de 12 ans et le limite à 6 heures pour les 12-14 ans. Il faudra néanmoins attendre les années 1880 pour que les Etats instaurent une véritable protection sociale.

Commenter cet article