Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un clic, déclic pour l'Afrique

Des vérités historiques, sociales, économiques pour l'Afrique Noire Francophone

Les français(e)s victimes d'africains

Publié le 30 Mai 2015 par Pierrette Roc Diallo

Les français(e)s victimes d'africains

Je vais raconter maintenant ce que m'ont raconté des victimes d'africains.

1- les femmes :

Mariées sur grand amour, font un enfant, deux, les plus patients restent 5 ans jusqu'à avoir un titre de séjour de 10 ans.
Abandonnées et maltraitées dès que la garantie des titres de séjour est assurée, signalées aux services sociaux, elles se voient retirer leurs enfants, l'immigré doit les entretenir pour justifier ses papiers. Et puis, qui c'est le propriétaire ? Tout de même !
Violées. Quand les femmes ont compris,elles demandent le divorce. Mais quand Monsieur est en manque, il vient à la maison (il a obtenu un droit de visite pour les enfants si la femme a réussi à les garder), il coince Madame dans un coin et la force.
Détruites dans leur identité féminine, réduites à la situation d'objets pour avoir des papiers,et pour vider les testicules si nécessaire.
Calomniées, traitées de racistes,considérées comme folles, fragiles, marginales.
Des grand-mères qui ne voient plus leurs enfants, ni leurs petits enfants
"Enceintées" pour l'enfant qui vaudra des papiers, délestées de leur enfant et abandonnées.
Et j'aimerais qu'on fasse une étude de mortalité sur les vieilles épouses mariées dans l'urgence pour éviter l'expulsion.

2- les hommes

C'est encore pire.

Piégés par le coup de la capote prépercée.
Mariés, amoureux, ils font une situation à la dame.
Qui commence à crier à la fenêtre comme une femme battue
Demande le divorce, obtient la garde des enfants et... ET le domicile conjugal, c'est à dire l'appartement ou la maison du français
qui se retrouve à la rue, ruiné, sans situation.

3- voilà ce que vivent des milliers d'européens et européennes.

Alors, voilà, j'en ai assez d'entendre dire ou de lire que les africains sont nos victimes.

Appréciés, protégés, ils ont autant de droits que les français, voire plus car aidés par des associations.

Pour tout dire, ils viennent en France avec des tempéraments de colons. C'est normal, on leur a seriné qu'ils ont été opprimés par les colonisateurs.

Alors voilà, moi, j'ai choisi le contraire de la haine, je suis venue vers vous, avec vous.

Mais je vais arrêter là, car je ne peux faire l'éducation civique de toute une population, contre même les intellectuels qui hurlent à la mort l'oppression de « la France », si vous mêmes ne le faites pas

Je n'ai jamais opprimé personne, la France n'opprime personne, ma santé ne me permet pas de lire encore ces cris de haine, ces sempiternelles accusations... des compatriotes de mon propre bourreau.

Commenter cet article