Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un clic, déclic pour l'Afrique

Des vérités historiques, sociales, économiques pour l'Afrique Noire Francophone

Plus aucun droit devant 30 voyous qui les ont tous

Publié le 30 Mai 2015 par Pierrette Roc Diallo

Plus aucun droit devant 30 voyous qui les ont tous

Mon jeune jardinier SELidaire est venu ce matin m'aider à remonter mes clôtures pour limiter l'intrusion de chats de mon voisin qui transforment mes sillons de tomates en vespasiennes et me les arrachent.
Comme toujours, J. aime bavarder avec moi, nous nous entendons très bien.

Ce matin, il est parti sur le mauvais traitement des enseignants aux élèves. « ils ne doivent plus avoir le droit, maintenant ».
C'est exact : L'enseignant n'a plus aucun droit devant 30 voyous qui les ont tous.

J'ai pour ma part pris ma retraite dès que j'en ai eu le droit, même si je n'avais pas atteint ma retraite complète. Non pas que j'ai été une enseignante malheureuse, j'étais très heureuse dans mes classes. , les enfants avaient confiance en moi, m' adoraient, et j'avais des classes très calmes, sans crier, sans frapper.
Quand le niveau sonore atteignait un niveau insupportable, je sortais un dictaphone et je les enregistrais . Les générateurs de bruits ne s'entendent pas et ne souffrent pas de leur bruit.
Mais quand j'ai mis le dictaphone en lecture, là, ils se sont entendus, ils se sont mis les mains sur les oreilles, ils m'ont supplié d'arrêter.
Les fois suivantes, il me suffisait de sortir le dictaphone et le niveau sonore retombait sans que j'aie eu besoin de m'en servir.

Cette anecdote pour monter que ceux qui se plaignent ne mesurent pas souvent la situation de celui dont ils se plaignent.... et qu'il ne mesurent pas non plus à quel point ils pouvaient être pires que ceux dont ils se plaignent.

Mais je reviendrai sur J. Car la suite de la conversation restait sur ce registre « ils » nous font du mal, « ils » nous mentent... Cela vaudra bien un article qui rejoindra ce que je lis couramment sur l'Afrique : quand on ne veut voir les choses que par un seul angle de vue, le sien, on est toujours victime de l'autre, le méchant. Et bien sûr, l'autre, jugé méchant, voyant les choses de son point de vue, se voit victime de celui qui le voit en bourreau.

Commenter cet article