Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un clic, déclic pour l'Afrique

Des vérités historiques, sociales, économiques pour l'Afrique Noire Francophone

Que serait l'Afrique si elle n'avait pas été colonisée ?

Publié le 30 Mai 2015 par Pierrette Roc Diallo

Que serait l'Afrique si elle n'avait pas été colonisée ?

Un de mes amis africains répond ainsi à ma question : « barbarie, guerres tribales... »

Cela, c'est si on considère les européens comme premiers colonisateurs.

Qu'en est-il ?

L'Europe était fascinée par les récits de Marcopolo, intrépide voyageur qui avait atteint la Chine au XIV ème siècle, y avait servi l'empereur Mongol pendant 26 ans et en a écrit un livre de souvenirs qui a poussé tous les commerçants du monde sur les mers pour contourner l'Afrique et atteindre les mirifiques richesses de l'Asie.

Ce faisant, les bateaux faisaient escale dans les ports africains, et y installaient des petites colonies pour sécuriser leurs escales.

C'est ensuite la curiosité scientifique qui a poussé des aventuriers à explorer l'Afrique, pour cartographier ce grand vide qui restait entre les côtes africaines , remontant les fleuves jusqu'à leurs sources, et plus loin encore à la recherche des mythiques sources du Nil.

Ces explorateurs, plus curieux qu'avides se faisaient subventionner par les géographes européens pour compléter leurs lacunes.
Des ces explorations, ils ramenaient des récits contrastés. Ici, des tribus accueillantes et pacifiques, ici des tribus guerrières et conquérantes. Des empires se construisaient par les conquêtes, se défaisaient par d'autres conquêtes.

L'Europe pouvait se scinder en deux catégories : les marchands avides, et les bonnes âmes. Parmi celles-ci, les adeptes des religions chrétiennes et les humanistes, bien différents dans leurs visions de l'humain.

Les missionnaires ont accompagné les marchands dans le but présomptueux d'apporter la paix à ces populations turbulentes, mais surtout d'accroître le cheptel d'âmes christianisées et vouées au salut.

Ce faisant, ils ont amené les militaires et la colonisation que nous connaissons, à la fois les commerçants avides et les bien intentionnés pour les âmes africaines.

Si l'on considère cette colonisation-là, venue au prétexte de faire cesser les guerres tribales, il est politiquement correct de dire qu'elles ont opprimé l'Afrique et dénaturé sa civilisation.

Au nom de quoi, un parti politique n'a eu de cesse que de faire partir le colonisateur.

Mais a-t-il envisagé, ce parti, de préparer l'Afrique à se gérer elle-même. Qu'espérait-il ? Le retour à la vie pré-coloniale ? Il semble que oui, puisqu'elle vilipende la tutelle de l'ancien colonisateur.

Allons donc plus loin dans notre questionnement : Que serait l'Afrique s'il n'était resté la tutelle des pays colonisateurs ? Ceci non pour la justifier, mais pour essayer d'imaginer comment l'Afrique aurait renoué avec ses traditions.

Nous n'avons pas de réponse. Je pense que personne ne peut dire.

Mais les pays européens étaient-ils les premiers colonisateurs à venir détruire les cultures africaines ?
Eh bien non, ces cultures avaient été détruites bien plus tôt par d'autres colonisateurs, arabes et musulmans.

C'est à dire que la décolonisation européenne ne rendait pas l'Afrique à sa culture d'origine mais à celle, violente et conquérante apportée par les conquérants arabes.

Qu'était donc l'Afrique avant cette première colonisation ? On peut se le représenter par deux moyens : d'une part les traditions qui se transmettent oralement, d'autre part ce que de rares personnes ont pu observer chez des peuples très isolés et préservés.

Et ce qu'on observe-là , ce sont des populations très pacifiques, d'une très grande sagesse, et très souvent matriarcales.

Difficile pour des peuples ayant connu des siècles de colonisations successives de retrouver leurs véritables racines, d'autant que le patriarcat est lui aussi avide de posséder : les ventres des femmes et ce qui en sort.

La dernière décolonisation, donc, a été rapide, soumise à la tutelle des anciens colonisateurs, toujours convaincus que leur civilisation seule peut apporter un bienfait à l'Afrique.

Mais quelles sagesses reste-t-il en Afrique qui lui permettent de se retrouver elle-même ?

N'aurait-il pas fallu décoloniser progressivement, en négociant avec le colonisateur le temps nécessaire à se réapproprier ses cultures ancestrales ?

L'humaniste européen est désemparé. Quoi qu'il fasse, il est jugé coupable, et il ne veut plus rien faire.

Car le décolonisé s'est retrouvé proie, tel qu'il l'était avant la colonisation, de ses propres prédateurs, qui ont fait alliance avec les avides pour maintenir les peuples africains en dépendance.

L'humaniste, je vous le dis, ne sait vraiment pas comment faire pour aider l'Afrique à se retrouver elle-même.

S'il en est un spécimen assez africanisé pour persister, le découragement est régulièrement à la clé.

Quand donc les africains cesseront-ils d'attendre que d'autres fassent pour eux?

Attendent-ils l'exaspération pour retourner au bain de sang, ou sortent-ils leurs mains de leurs poches pour bâtir ce monde dont ils rêvent ?

Commenter cet article