Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un clic, déclic pour l'Afrique

Des vérités historiques, sociales, économiques pour l'Afrique Noire Francophone

IL ÉTAIT UNE FOIS UN ROI ET SES COURTISANS.

Publié le 9 Octobre 2015 par Lu Nienne Diallo

IL ÉTAIT UNE FOIS UN ROI ET SES COURTISANS.

Ce Roi et ces Courtisans n'étaient pas gentils du tout, et passaient parfois les gens qui les contrariaient au barbecue, en brochettes carrément.

Comme personne n'a envie d'être embroché et grillé, ce Roi et ses Courtisans furent chassés.

Le Roi partit remâcher sa rancune chez le Roi du Pays Voisin (entre Roi Grilleurs, on se soutient, bien sûr)

Les Courtisans, eux, étaient restés au pays (il faut dire que c'était un pays très gentil). Certains de ces Courtisans clamaient bien haut que le pouvoir leur revenait de droit, mais la plupart se contentaient de le penser et d'agir en silence.

Le Roi Grilleur avait laissé également au pays le Chef Cuistot et ses Marmitons, entièrement dévoués au roi.

C'est un des Marmitons, moins porté à la grillade populaire que son Chef, qui, voyant le pays sans gouvernement et complètement désemparé, s'opposa au Chef Cuistot et organisa un gouvernement provisoire, à la grande colère du Chef Cuistot et de ses amis les Courtisans du Roi Grilleur.

La tentation était grande pour eux de griller une nouvelle brochette avec le Marmiton Rebelle entouré d'oignons et de poivrons. Ils s'en pourléchaient les babines, mais le pays ne voulait plus ni des Courtisans, ni du Chef Cuistot ni de ceux de ses Marmitons qui lui étaient soumis.

Une tentative de grillade, où furent rôtis des Habitants qui n'en pouvaient mais, mit tant le pays en colère que le Chef Cuistot et ses fidèles furent mis en prison. Le Marmiton Rebelle n'avait eu que quelques poils de moustache grillés, mais il s'en était fallu de peu.

Le Chef Cuistot hors d'état de nuire, il ne restait plus que les Courtisans du Roi Déchu pour tenter le barbecue. Mais eux n'avaient pas les mêmes grandes allumettes, ils en avaient plein de petites, qu'ils envoyaient tous azimuts mettre le feu aux consciences des gentils habitants du pays.

Ces allumettes avaient un pouvoir magique, et à la longue, elles enflammaient les têtes des gentils du pays.

Ces allumettes étaient à base de phosphore mensonger, et les mensonges embrouillaient les vérités de ceux qui avaient défendu le Marmiton Rebelle contre le Chef Cuistot.

L'on vit donc de longues flammèches envahir certaines contrées du pays ( ces flammèches étaient des mots méchants et faux) et les rôtissoires à mots se préparaient un peu partout pour rôtir de mots méchants celui qui avait été libéré par les gentils des brochettes du Chef Cuistot.

Le pays aurait bien voulu la paix, mais les Courtisans étaient connus pour mettre le feu au pays rien que pour chauffer leur café.

Alors, pensez donc, pour empêcher le Marmiton Rebelle de rendre le pouvoir au peuple et pas à eux, ils étaient prêts à tout...

Mais le pays et ses gentils habitants avaient des antidotes contre les flammèches méchantes, et le pays allait doucement, doucement, vers la Paix et la Démocratie.

En tous temps et tous lieux, les Méchants sont punis par leur propre Méchanceté, et la gentillesse reste.

Le Pays des Gentils vivra longtemps heureux, et aura beaucoup de Petits Gentils qui apprendront à ne pas écouter les Flammèches Menteuses.

*****
Ce conte est un antidote aux Mots des Courtisans du Roi Déchu, il faut l'administrer à tout le Pays des Gentils

Commenter cet article