Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un clic, déclic pour l'Afrique

Des vérités historiques, sociales, économiques pour l'Afrique Noire Francophone

Une proposition de débat de Maixent Somé

Publié le 10 Octobre 2015 par Lu Nienne Diallo

Une proposition de débat de Maixent Somé

APPEL À DÉBATTRE :

Une proposition de débat de Maixent Somé

Après l'enlèvement d'un roumain à Tamboa, puis une attaque "terroriste" dans le nord, nous voici avec une attaque "terroriste" plus sérieuse à l'autre bout du pays, à Samorogouan...
Chacun va en tirer les conclusions qui l'arrangent :
- La transition, Zida en tête nous expliquera la nécessité de mettre un peu d'ordre et de sécurité avant d'aller aux élections.
- Les partis politiques vont nous expliquer que les périodes de transitions sont toujours propices au désordre et qu'il convient d'aller au plus vite aux élections pour en finir et remettre le pays en marche.
- Les pro-putsch (c'est plus large que le CDP) vont nous expliquer que nous avons abattu notre chien enragé et que la chèvre du voisin vient nous mordre...
Le problème, c'est qu'aucune de ces lectures n'est ni totalement vraie, ni totalement fausse.
Mon avis personnel, c'est que la situation politique, économique, sociale et sécuritaire ne permet plus la mise en oeuvre de la bonne solution.
La bonne solution pour moi -maintenant que nous n'avons plus l'épée de Damoclès RSP au dessus de la tête- serait de revenir à ce qui aurait dû être fait dès le départ.
A savoir :
- Une transition civile avec un gouvernement de technocrates. La Défense revenant à un militaire (pourquoi pas) et l'Intérieur à un chef de la police ou de la gendarmerie.
- Une Conférence Nationale ou la mise en oeuvre du rapport de la CRNR qui pourrait en tenir lieux,
- Un référendum constitutionnel couplé avec les élections générales (présidentielle et législative).

Car il est bien évident qu'aucun pouvoir partisan (issu des urnes) ne fera les reformes structurelles dont le pays a tant besoin pour la simple et bonne raison que nos institutions sont fabriquées pour donner le pouvoir absolu à la minorité qui accède au pouvoir. Ils ne vont donc pas scier la branche sur laquelle ils sont assis !!!

Mais pour cela, il faudrait que nous soyions maitres de notre destin. Or nos élections sont financées par l'aide extérieure, tout comme une bonne partie du budget de notre embryon d'état. Et c'est bien connu, c'est celui qui paie l'orchestre qui choisi la musique !
Ceux qui paient notre orchestre ont d'autres chats à fouetter : Daesh, Ukraine, crise économique, crise migratoire, Mali, RCA, bientôt Guinée et Côte d'Ivoire, en attendant les deux Congos...
Du coup, on ira aux élections vaille que vaille pour qu'ils puissent coché la case : Burkina, c'est fait !

****************************************

Mon avis est assez proche de celui de Maixent, qui rejoint ce que je professe depuis des mois.

Non, aucun politique, élu ou pas, aussi sincère et intègre soit-il, ne votera aucune loi qui pourrait le brider, le sanctionner.... C'est purement logique.

Oui, en effet, aucune solution n'est bonne parmi celles qui sont en jeu aujourd'hui. Tout simplement parce que la solution mise en place au lendemain des journées d'Octobre n'était pas bonne, que mes amis politiques me pardonnent cet avis, puisque c'est eux qui se sont empressés de la mettre en œuvre. Mais c'est également eux qui tirent aujourd'hui à boulets rouges sur LEUR solution, nécessairement insatisfaisante, AU LIEU de confesser qu'ils ont faite une erreur et sont responsables, EUX, des insuffisances de leur bébé..

Disons-le clairement, les politiques ne voulaient rien d'autre qu'être califes à la place du calife, mais sans rien toucher à ce qui faisait le charme, pour les califes, du califat.

Mais le peuple, lui, voulait plus que ça, et les tensions actuelles viennent des différences évidentes d'attentes du peuple et des politiques.

Très clairement, et ce, c'est ce que je retire des confidences in box de ceux qui ne s'expriment pas en public, le peuple n'a plus confiance en ses politiques.

Alors, je suis d'accord avec Maixent, mais j'irais plus loin.

En effet, des élections coûtent la peau des fesses et nous rendent dépendants. La solution est évidente, quoique anxiolytique ; supprimons les élections, et le califat avec.

Comme le suggère Maixent, un gouvernement provisoire constituant (mais gestionnaire également car le pays a besoin de vivre).

D'où sortirait-il, ce gouvernement ?

D'un tirage au sort parmi des bénévoles. Attention, pour que le bénévolat garde sa qualité de volonté de servir la patrie, ce n'est pas à Kossyam, que les tirés au sort seraient logés, ils auraient un train de vie de grand fonctionnaires, des indemnités au kilométrage et des droits à voyager en seconde classe. Eh oui, à ce tarif, les gens intéressés ne seront pas bénévoles.

Pour aller plus loin, on peut retourner dans les projets d'Etienne Chouard (chercher sur Google) et ses ateliers constituants.

Ce gouvernement provisoire aurait donc deux tâches : établir une nouvelle constitution, et GOUVERNER. Il faudrait donc en fait une assemblée constituante, toujours avec des bénévoles, partie des légistes, partie des mathématiciens, car les deux logiques se complètent.

Alors, oui, je sais, on est tous formatés aux élections, tous formatés à penser que la politique (vie de la cité) doit être un métier.

Mais on voit le résultat de ce formatage : des politiques qui ne pensent qu'à être élus, pour le pouvoir et les avantages, mais pas trop pour servir le peuple.

Mais pensez-y : combien de milliards ces élections, pour seulement nous remettre dans des rails dont plus personne ne veut ?

Et si on reprend le mode de fonctionnement tel que proposé par Etienne Chouard, avec des possibilités, à tous moments, de revenir sur une loi qui ne fonctionne pas bien, dé révoquer un bénévole qui s'écarte de son mandat, non pas par la rue ou un état pré-insurrectionnel permanent qui laisse le pays exsangue, mais par des organismes de contrôle, toujours bénévoles.

Chers politiques, vous avez tous un métier ? Vous pouvez donc vous proposer comme bénévoles, mais pas pour devenir une « Excellence » mais un discret serviteur du peuple.

Commenter cet article