Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un clic, déclic pour l'Afrique

Des vérités historiques, sociales, économiques pour l'Afrique Noire Francophone

ENTRE SOUMISSION AU MATÉRIALISME ET À L'OCCULTISME.

Publié le 10 Juillet 2017 par Lu Nienne Diallo

UNE VÉRITABLE DÉMOCRATIE AU FASO ?
Denier paramètre, celui qui fait mal :
*
L'ENGAGEMENT SOLIDAIRE ET ALTRUISTE.
ENTRE SOUMISSION AU MATÉRIALISME ET À L'OCCULTISME.

*****
Gbagbo, dans une conférence pour la jeunesse ivoirienne, dit en gros ceci :
La colonisation s'est faite très facilement, pourquoi ?
Parce que, quand on s'en prenait à une tribu, la tribu voisine considérait que ça ne la convcernanit pas.
https://youtu.be/RknQOM_UW_A 
***
Effectivement, il pointe-là une grande faiblese de l 'Afrique (qui met tant en avant ses valeurs de solidarité).
La solidarité africaine, c'est la même que celle de Le Pen. Je le cite :
« Je préfère ma fille [ou ma famille] à mes amis, mes amis à mes voisins, mes voisins à mes compatriotes, mes compatriotes aux Européens. « 
De même, l'africain sera solidaire de sa fille (de son fils, plutôt), plus que de ses amis, etc...

***
OR
La démocratie est universaliste, égalitaire.
Si le quidam à 10 000 km de vous ne compte pas, celui à 100 km ne comptera pas. Or, vous avez besoin les uns des autres.
***
Et chacun de se gargariser « nous sommes une démocratie » (parfois pour justifier des actes anti-démocratiques)
Les gens du pouvoir, eux, c'est « nous sommes un état de droit ».

Démocratie de soumis,
Etat du droit des puissants.

***

L'Afrique s 'est décolonisée, à la suite des humanistes européens (la notion de liberté nous venant de la Grèce Antique), pour se précipiter tête baissée dans une autre dépendance, matérialiste.
Le but d'une vie africaine est devenu « une maison, une voiture ».
On attend encore un Zola qui irait à rebours de ses concitoyens comme il l'a fait avec « J'accuse », ou un Jaurès, personnalités à haute exigence éthique capables d'affronter la peur. Peur du qu'en dira-t-on, peur des représailles, peur de l'isolement...

Mais même s'il s'en trouvait un, un Sankara légitimiste, et non armé (!!!), dans quel média pourrait-il publier sa tribune ? La PRESSE BURKINABÈ est subventionnée.
Qui, au Burkina créera un torchon totalement indépendant, ce qui signifie pauvre ? On veut être journaliste mais toujours l'objectif reste maison, voiture.
Les pouvoirs s'étant construits à l'imitation des pouvoirs occidentaux, qui ont appris depuis 2 siècles à bloquer tout risque de prise de conscience, dangereuse pour eux, TOUT EST verrouillé.
Tout. La presse, la justice, la ... police...L'opinion.
On ne peut s'exprimer que sur les RÉSEAUX SOCIAUX.
Et les réseaux sociaux ne sont qu'immenses caisses de résonnance d'opinions manipulées, le lieu d'action privilégié des manipulations étatiques, l'avénement de la foule inculte à la dictature de l'opinion, du discours,rideau de fumée pour l'inaction.
Lectures rapides en diagonale, absence de références culturelles, TOUT LE MONDE est en droit d'imposer SON opinion, de rester sur SON opinion, c'est le summum de la liberté d'être ignare et de se prendre pour des Dieux. 
***

La démocratie se concquiert, non pas par les armes, sur un coup d'état, mais par la lutte... sur soi-même et AVEC les autres.
Mais il est en Afrique, une peur effroyable, liée à une pratique effroyable, la magie noire. Une arme internsive de dissuasion, un équilibre de la terreur, inhibant tout germe d'action, toute tentative vélléitaire.
Cela ne vient pas de l'autre, on ne peut l'imputer au colonisateur, alors, on diabolise ce qu'il a fait... et on passe sous silence ce que l'on fait soi-même
Cela tombe bien, l'occident véhicule un dogme... y croire serait une preuve de fragilité d'esprit.
Donc, tout le monde y croit, mais personne n'en parle.
ET CE phénomène-là, qui cloue l'Afrique entre deux dépendances, celle du matérialisme et celle de l'occultisme, il faut des Jeanne d'Arc pour l'attaquer, des croisés prêts à se faire griller vif pour lutter contre le mal.

***
Eh oui... Pour mettre en place une vraie démocratie ; il faut que l'Afrique se libère des chaînes qu'elle s'est posées elle-même.

Commenter cet article