Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un clic, déclic pour l'Afrique

Des vérités historiques, sociales, économiques pour l'Afrique Noire Francophone

HYPOCRISIE DES MANIPULÉS

Publié le 10 Juillet 2017 par Lu Nienne Diallo

HYPOCRISIE DES MANIPULÉS

***
Parlons maintenant de l'hypocrisie des peuples manipulés.
.
Certes, l'inculture est un bon moyen pour avoir le terreau idéal pour la manipulation. La culture et surtout l'histoire sont donc bridés.
Il me semble, à posteriori, maintenant que j'ai ouvert les yeux, entendre la voix morne des professeurs d'histoire.
Pas passionnante, l'histoire à l'école, n'est-ce pas ? 
Imaginez ces professeurs, passionnés pourtant par la matière qu'ils ont choisie, OBLIGÉS de rester neutres sur le plan politique. Or l'histoire n'est que le récit des politiques passées...
Histoire de la révolution française ? Voix morne quand il faut raconter le peuple à l'assaut de la Bastille (poussé par la bourgeoisie)
Ne parlons pas de la guerre froide, sujet passé à grands pas, trop chaud...
Et donc les peuples méconnaissent l'histoire et ne la prennent pas en compte dans leur culture politique (bah, des accumulations de dates de batailles...)
.
Qu'en est-il donc de ceux qui ont accès ou peuvent avoir accès au savoir ? Pour le Burkina, je pense aux diaspos dont j'ai déjà parlé.
Vivant en Occident, en général bien mieux que leurs cousins laissés au pays, ils ont à cœur de les flatter dans le sens du poil. Ils sont donc les premiers à tirer à boulets rouges sur l'Occident, pris cette fois dans son ensemble, et poussant ainsi à l'amalgame entre manipulateurs et victimes de manipulations.
Ceux-là sont les champions en titre de l'hypocrisie.
.
Il y a ensuite ceux qui pourraient accéder au savoir mais n'y voient pas d'intérêt. 
L'intérêt du savoir est pour les plus démunis, et ceux-là justement ne peuvent pas.
Notre classe intermédiaire burkinabè a au moins deux raisons de s'ancrer dans ce qu'elle appelle « la culture africaine » (bien à tort, mais je vais y revenir.
Ils ont une vie relativement confortable, et surtout, je le sens plus que jamais depuis que j'ai pris en marche le problème féminin, ils ont sous eux un sous-ordre sur lequel ils ont le pouvoir.
Ne m'en veuillez pas, messieurs, je sais que vous êtes de bonne foi, mais si vous creusez vraiment le sens de votre relation aux femmes ?
Là, oui, je vois une forme d'hypocrisie, voilée. Car, encore une fois, des aspects de l'histoire de l'Afrique sont occultés :

1- la culture africaine : ne me faites pas rigoler, la culture africaine de base, c'est l'animisme, pas l'islam.
Et le statut de la femme dans l'animisme n'a rien à voir avec le statut de la femme dans l'islam africain. Il était souvent assorti d'un matriarcat logique : mère certaine, père incertain. Comme tous les animismes combattus par les religions du Livre.

Et l'islam, c'est la religion des premiers colons. Le christianisme, la religion des seconds. Et nous savons tous comment ces religions ont voulu effacer les précédentes. Pardonnez-moi, ce sont des religions impérialistes.
.
Je m'explique : une colonie a toujours été à la base un « comptoir » de commerce, où grecs, romains, arabes, puis portugais, pratiquaient le commerce avec les populations autochtones. Puis pour sécuriser ces comptoirs, il a fallu les armer, et leur donner des frontières et des gouvernements de colons.
Car le colon n'est rien de plus qu'un commerçant.
Et qui, plus que les africains, pratiquaien et pratiquent encore le commerce ? D'où l'inertie face à la colonisation française, qui allait dans le sens de l'enrichissement des commerçants. Encore aujourd'hui, c'est la caste des administrateurs des colonies françaises qui détient le pouvoir. Avec l'appui de qui ? Avec l'appui de la caste des commerçants et entrepreneurs qui trouvent leur profit dans les relations avec l'ancien colonisateur. 
.
2- les religions auxquelles les africains tiennent tant sont les religions des colonisateurs, très souvent imposées par la force, ou par la manipulation. Ce n'est pas aux français qu'il faut parler des méthodes des Jésuites, par exemple, ou de la conversion des « indigènes », cela a été le grand enjeu de ces colonisations. Ni de celles des arabes, auxquelles ils ont goûtés en étant leurs esclaves à Alger ou Zanzibar.<<<<<
;
Esclavage que les africains pratiquaient couramment avec leurs ennemis vaincus, ou avec leurs débiteurs, et par le commerce avec les arabes. Cela, bien sûr, on veut le cacher pour se voiler la face sur les complicités africaines face à la colonisation et à l'esclavage.
;
Alors, oui, je le redis, les consciences africaines, y compris les bonnes consciences, sont endormies par ces manipulations et ne cherchent pas à en sortir, car... avantageuses pour la gent masculine
.
Je peux vous servir l'assaisonnement convenant à la France, là, l'hypocrisie des manipulés trouve ses bases dans un relatif confort matériel et dans le caractère râleur du gaulois. Tant que son confort ne sera pas complètement détruit, tant qu'il aura matière à râler, le français se complaira à être manipulé.
A mon avis, ça va bouger avant 5 ans... Mais c'est une autre question.

Commenter cet article