Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un clic, déclic pour l'Afrique

Des vérités historiques, sociales, économiques pour l'Afrique Noire Francophone

LE MATRIARCAT, SES CAUSES ET SA FIN SOUS LES COUPS DE LA GUERRE SOCIALE (1)

Publié le 10 Juillet 2017 par Lu Nienne Diallo

Les femmes n’ont pas été dominées depuis toujours. Au contraire, de très nombreuses populations anciennes (pour ne pas dire primitives) ont connu une société où la place de la femme était plus importante au plan des moeurs, au plan social comme au plan politique et symbolique que celle de l’homme.
***
Le matriarcat n’est pas une invention de théoriciens puisqu’on le retrouve à la fois dans les cas suivants : celtes, basques, ligures, vikings, burgondes, touaregs, trobriandais, inuits, iroquois, comores, kerala, moso, mosuo, khasi, minagkabau, jaintia, juifs, berbères, karens, jivaros, boschimans, malikus, naxis, garos, marshallais, bunts, filipinos, navajos, hopis, sirayas, nubiens, bamendas, bateks, … 
***
On retrouve de nombreuses fois le matriarcat aux origines des peuples. Et cela sur tous les continents et dans toutes sortes de peuples. Même les peuples devenus patriarcaux ont souvent conservé des anciennes traditions matriarcales. La culture celte regorge de restes d’un ancien matriarcat. Même la culture juive si patriarcale a conservé l’appartenance à l’ethnie par voie maternelle. Dans la légende viking, Beowulf tue une déesse-mère de l’ère matriarcale ... Dans la Grèce antique, les dieux ont supplanté les déesses.
***
Bien des auteurs ne veulent pas admettre l’existence d’une société matriarcale comme ils ont du mal à admettre que l’humanité se soit longtemps passée de classes sociales, de l’exploitation économique et même des armées et d’un Etat. A la limite, ils admettraient éventuellement cela d’un état presque animalesque de l’humanité. Eh bien, ils se trompent lourdement. C’est d’une durée plus grande que celle de l’époque de l’Etat qu’il s’agit et d’une période qui a marqué le monde malgré toute l’époque que nous vivons de domination masculine. Non seulement il en reste de multiples traces archéologiques dans le monde entier mais le caractère violent de certaines formes d’expression du patriarcat et des religions est dû au combat historique qu’a mené le patriarcat contre le matriarcat.
Dans la plupart des cas, ce combat s’est déroulé il y a trop longtemps et sans qu’on dispose d’écrits pour en témoigner. 
***
Pourtant, certaines sociétés ont connu ce combat suffisamment récemment pour que les témoignages existent. On sait, par exemple, que le matriarcat était dominant en Crête antique alors que l’époque de la Grèce classique connaît à l’inverse une hostilité virulente à l’idée de la participation des femmes au pouvoir politique, idée qui n’apparaît nullement absurde à l’époque de Socrate. Ce combat était encore dans les esprits, même si Socrate ne l’avait pas connu de son vivant.
***
L’expression matriarcat, symétrique du terme patriarcat, peut faire penser à une inversion des relations de pouvoir alors que c’est souvent une relation où le caractère du pouvoir est très différent. Cela recouvre d’ailleurs de situations très diverses qui ont en commun que la femme est considérée comme la base de la société. L’idée de pouvoir féminin – souvent confondue avec le fait de laisser gouverner une femme - est fausse car elle suppose déjà le pouvoir d’Etat alors qu’au contraire, en général, il n’y a pas d’Etat. 
***
C’est le stade familial d’organisation dit « société gentilice », celui de la "gens" forme familiale d’organisation sociale, qui précède la Grèce ou la Rome antiques. On le rencontre par exemple chez les Etrusques. La relation hommes/femmes n’est pas encore déterminée par la propriété privée des moyens de production car ceux-ci n’ont pas encore été modifiés par un amoncellement de biens essentiellement liés à l’élevage. L’affrontement entre matriarcat et patriarcat sera d’autant plus violent chez les éleveurs. Il y a des traces de ce combat dans nombre de légendes qui ont été communiquées malgré l’absence de l’écriture. Certaines traces sont aussi dues à des interprétations des objets : par exemple l’habitat peut être divisé ce qui montre quel sexe détient les objets de la maison. Le plus marquant apparaît avec le développement de l’agriculture : le mégalithisme. Les pierres sont du domaine des hommes, alors que les objets en bois appartenaient aux femmes. La présence d’un groupe humain est alors représentée par un sexe masculin dressé : le "menhir". La division en classes sociales a déjà commencé à apparaître... et elle se perçoit dans les tombeaux, les "dolmens" avec les objets précieux enfouis, notamment.

Commenter cet article