Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Un clic, déclic pour l'Afrique

Des vérités historiques, sociales, économiques pour l'Afrique Noire Francophone

La démocratie, fausse roue et monarchie déguisée

Publié le 23 Février 2015 par Pierrette Roc Diallo

La démocratie, fausse roue et monarchie déguisée

Un débat hier sur la gouvernance a amené la comparaison entre la démocratie et la roue, l'une et l'autre étant à conserver avec adapations nécessaires.

Je suis désolée, je le répète, la démocratie telle qu'on nous la fait vivre est un leurre.

Tout d'abord, ce n'est pas la France qui a recadré ses monarques la première, c'est l'Angleterre. Elle a coupé la tête d'un roi et en a mis un autre en l'encadrant par un système parlementaire.

La France a fait pareil, sauf qu'elle a remplacé le Roi par un Directoire, puis un Consulat, un Empire, deux empires, queques royaumes et ..... Pétain.

La république n'est à peu près stable que depuis 1870, avec quand même une interruption pas républicaine du tout sous Vichy.

Mais quelle est donc la différence entre la monarchie et la république (démocratique nous dit-on)?

IL n'y en a que deux, ténues.

1- le roi ne porte plus le titre de roi mais de Président, et il n'est plus de droit divin.

2- les élections et le système parlementaire existaient déjà sous la monarchie. mais les électeurs étaient quelques privilégis de classe.

Ce que la Révolution a changé: elle a étendu le droit de vote.... à d'autres privilégiés que la monarchie (la bourgeoisie)

Le suffrage universel est le mode de scrutin adopté par les démocraties modernes, d'abord en tant que suffrage universel masculin puis en tant que véritable suffrage universel, étendu audroit de vote des femmes. Institué en Francependant la Révolution française, avec le décret du 11 août 1792, il fut supprimé par le Directoireavant d'être rétabli, presque par surprise, lors de la Révolution de 1848 3. En vigueur lors duSecond Empire, bien que fortement limité en raison des conditions pesant sur la procédure, avec notamment la nomination des candidats par l'Etat - ce qui l'apparentait à ce qui se passe dans les régimes du xxe siècle à parti unique mais instituant le suffrage universel -, il fut ré-institué lors de la Troisième République et depuis accepté en tant que fondement de la démocratie. Bien qu'admis dès 1848, le principe du vote secret n'est réellement mis en place qu'avec l'institution de l'isoloir en 1913, tandis qu'il faut attendre 1944 pour que les femmes obtiennent le droit de vote (première application en 1945).

On le voit, le véritable suffrage universel n'est permanent que depuis 1945.

Mais ce suffrage universel fait de tous citoyens des cibles pour les propagandes électorales. Combien ont réellement assez de bon sens pour chosir un mode de gouvernement? Il n'est que de voir avec quel empressement les électeurs français réélisent leurs voyous politiques après condamnation par les tribunaux.

L'électeur n'est qu'un ancien esclave libéré qui n'a pas encore appris à voler de ses propres ailes, il compte sur le notable du coin pour voler à sa place.

Ce qu'on appelle communément démocratie n'est qu'une monarchie aménagée, avec des serfs qui continuent de voter pour le seigneur, patron, ou toute figure paternelle rassurante, car la liberté fait peur (voir Pétain, De Gaulle, les "sauveurs" de l'état français)

Une fois les élections faites, le monarque élu à grand renfort de publicités, vendu comme un paquet de lessive, nous nous retrouvons en monarchie.

Les chambres n'encadrent rien, elles sont aux ordres de la présidence (on appelle ça discipline de parti).

Le peuple a fait ce qu'on attend de lui, il est censé laisser ses "représentants" gouverner. Oh ne croyez pas que les français soient aveugles, ils savent que tout est faussé.

Mais pour remplacer un système en place, il faut une révolution, et le peuple franças n'est pas (encore) prêt à faire une nouvelle révolution, il en a connu de trop sanglantes.

Vous, Burkinabès, vous l'avez faite cette révolution, du moins vos jeunes l'ont faite.

Mais vous ne voulez pas aller jusqu'au bout, vous l'appellez soulèvement et vous vous gardez bien de profiter de l'occasion pour installer une véritable démocratie.

Vous croyez qu'ils sont contents, vos jeunes? Non, je peux vous le dire, ils se sentent cocus.

Faudra-t-il encore du sang de jeunes gens pour que vous les entendiez?

Commenter cet article